Louvel, Séverine, La construction locale des laboratoires. Approche ethnographique de dynamiques d’évolution de laboratoires académiques en France. thèse de doctorat en sociologie, Université Pierre Mendès France, 2005.

25 novembre 2005
Par

Thèse soutenue soutenue publiquement par Séverine Louvel le 29 novembre 2005.

Jury :

  • Vincent MANGEMATIN, Directeur de recherche à l’INRA, GAEL (INRA/UPMF)
  • Christine MUSSELIN, Directrice de recherche au CNRS, CSO (CNRS/IEP de Paris)
  • Catherine PARADEISE, Professeur des universités, Université de Marne-la-Vallée, LATTS (CNRS/Université de Marne-la-Vallée)
  • Emmanuèle REYNAUD, Chargée de recherche au CNRS, IDHE (CNRS/Université Paris X, Nanterre)
  • Jean SAGLIO, Directeur de recherche au CNRS, CRISTO (CNRS/UPMF)

Télécharger la thèse (pdf)

Résumé

Les laboratoires académiques sont au centre du système national de la recherche publique. Bien connus comme fabriques de la recherche grâce à la sociologie des sciences, leurs dynamiques concrètes comme organisations sont pourtant moins bien analysées. Les modalités de recrutement des chercheurs titulaires et contractuels, la définition des échanges avec les tutelles, les relations internes entre des acteurs ou des collectifs, restent par exemple mal connues.
Cette thèse reformule alors deux hypothèses qui traversent les analyses existantes. Elle suggère d’une part que les logiques d’organisation des laboratoires ne se limitent pas à la division du travail et qu’elles ne se déduisent pas simplement de la production réalisée ; elle avance d’autre part que leurs évolutions ne s’orientent pas selon un schéma d’acquisition de ressources applicable à toutes les situations. Une longue enquête ethnographique dans quatre laboratoires académiques de sciences du vivant éprouve la pertinence de cette perspective. Le croisement de plusieurs matériaux (archives conservées au laboratoire, nombreux entretiens, observations de situations) a permis de reconstituer précisément les trajectoires et d’analyser les dynamiques actuelles. Ce travail fait apparaître que la configuration des ressources et des contraintes des contextes (scientifiques, institutionnels…) ne détermine pas la construction des laboratoires. Celle-ci s’explique en grande partie par une activité locale de régulation, dans laquelle interviennent en particulier des projets collectifs, des choix d’organisation, des enjeux de pouvoir, des engagements acceptés entre les membres du laboratoire et vis-à-vis de l’extérieur.

Mots clés
Laboratoires académiques, sciences du vivant, organisations publiques, dynamiques d’expansion des laboratoires, marchés du travail académique, relations de travail, enquête ethnographique.

Abstract
Research units are at the core of the French academic research system. Science and technology studies have so far focused on how scientific knowledge is constructed in laboratories, but they have researched only a part of these complex work organisations. Issues like recruitment procedures, negotiations with research institutions they are linked to, social relations between individuals and groups in the laboratory, have been given little attention so far. The concrete evolutions of laboratories remain thus partly unknown.
This PhD thesis suggests a framework for analysing their organisational dynamics. Drawing upon the sociology of work and organization rather than on the sociology of science and technology, it advances that the organisation and evolution of laboratories can not be mapped on the production and circulation of knowledge and have to be treated as social processes. The research is based on in-depth observations in four research units in the life sciences. The complementary data collected through this ethnographic approach (archives on the four laboratories, interviews, direct observations…) allowed us to analyse the past and present dynamics of these laboratories.
These investigations highlight that the organisation of laboratories is not determined by the constraints and resources of their scientific and institutional environments, but is constructed by local actions. Individuals and groups define projects, make choices, establish rules, are involved in power and other social relations that shape the concrete evolutions.

Keywords
Academic laboratories, life sciences, public organisations, dynamics of expanding organisations, academic labor markets, work relations, ethnographic approach.

Tags: , , ,

Laisser un commentaire

Archives