Annonces

Académicos francófonos para Chile – Appel d’universitaires francophones pour le Chili

Esta convocatoria fue firmada por más de 300 académicos francófonos, investigadores y profesores-investigadores, personal administrativo y técnico, doctorandos y estudiantes, profesores de secundaria, etc.

Puede encontrar la lista de firmantes aquí: http://indiscipline.fr/academicos-para-chile/

Descargar el documento pdf

Cet appel a été signé par plus de 300 universitaires francophones, chercheurs et enseignants-chercheurs, personnels administratif et technique, doctorants et étudiants, enseignants du secondaire, etc. (voir version française plus bas).

la liste des signataires est à cette adresse : http://indiscipline.fr/appel-duniversitaires-francophones-pour-le-chili/

-*-

Frente el estallido social, el presidente Piñera decretó, como primera medida, Estado de Emergencia, instalando el toque de queda   volcando al ejército a las calles con el fin de asegurar el orden público. Los militares están en la calle. Chile ya tiene al menos 18 muertos, de los cuales al menos 4 por arma de fuego, y el Instituto Chileno de Derechos Humanos ya ha denunciado muchas violaciones de los derechos humanos. Casi todas las estaciones de metro fueron quemadas, en circunstancias que aún no están claras. Pero el movimiento va mucho más allá de las causas de estos incendios. Enormes manifestaciones a lo largo del país han reunido a miles de chilenos que no sienten miedo.

El 21 de octubre, en la Universidad de Santiago de Chile, durante la asamblea pluriestamental (estudiantes, funcionarios/as, profesores jornadas y honorarios), la comunidad universitaria consagró una parte de la jornada a reflexionar sobre su lugar y su rol en el movimiento social. Hubo muchas y enfáticas tomas de palabra.

Se destacó la forma como la universidad es un lugar de análisis para la sociedad chilena que promueve la reflexión sobre aspectos políticos, económicos, sociales y culturales como, por ejemplo, la necesidad de una nueva constitución que remplace a la impuesta por la dictadura. Tambien es un lugar donde se experimentan las desigualdades y las restricciones que llevaron a esta explosión de rabia en todo Chile

Apareció el largo espectro de análisis históricos de la evolución de la sociedad chilena y de las memorias vivas de los que hicieron vivir a la universidad en los años 70, testimonios individuales de las situaciones de precarización laboral en la universidad que se da al interior de la institución, así como de los estudiantes que temen por sus vidas o por las de sus amigos/as en las zonas más expuestas, propuestas relativas a la recuperación plena del espacio universitario por parte de la comunidad contra la contra la existencia de una “universidad nocturna”, asociada a una gestión exterior opaca y regulada por lógicas productivistas. Se decidió, asimismo, la creación de una red de urgencia para señalar las desapariciones y violaciones de los derechos humanos que golpean particularmente a los estudiantes y para poder ayudar a quienes están en peligro.

Todas y todos pidieron acordaron que las clases no se reanuden podían reanudarse mientras los militares sigan en la calle, y propusieron a la universidad como lugar de trabajo y de reflexión, para los estudiantes, profesores, funcionarios y todo el personal que quiera participar.

Estos encuentros se hacen en todas universidades de Chile

Esta situación y estas reflexiones reflejan la situación y el lugar de las universidades en muchos países y en Francia. Estas pueden ayudar, y pueden ser inspirados por la acción de la comunidad universitaria chilena. Por eso nos sumamos a esta comunidad académica más amplia, que incluye a todos los que trabajan para ella y dependen de ella, para pedir la salida inmediata de los soldados armados que no tienen nada que hacer en la arena pública. Apoyamos a los estudiantes, profesores y administradores de la comunidad en su trabajo, saludamos su dignidad y el trabajo que llevan a cabo. Le pedimos a todos los organismos académicos y científicos para que denuncien haber recurrido a los militares para el mantenimiento del orden, y de apoyar a la comunidad universitaria de Chile.

Pueden firmar aqui : https://bimestriel.framapad.org/p/chili-soutien-universitaire-2019

-*-

Chères toutes et tous,

Nous avons rédigé ce texte depuis Santiago, où se déploie une mobilisation considérable dans laquelle nos collègues universitaires sont impliqués . Nous proposons de manifester notre soutien en tant que membres de la communauté universitaire transnationale dont nous faisons tou.te.s partie. Vous pouvez signer au nom de collectifs scientifiques et culturels de toutes sorte : établissements, UFR, ED,  labos, revues, associations, collectifs.

Une signature de ce texte est possible à cette adresse : https://bimestriel.framapad.org/p/chili-soutien-universitaire-2019

Une version en espagnol de l’appel est disponible à cette adresse/La versión en español de la convocatoria está disponible en la siguiente dirección :

http://indiscipline.fr/academicos-para-chile/

Merci de faire circuler cet appel dans vos réseaux.

Bien amicalement

Joëlle Le Marec et Antoine Faure

Universitaires pour le Chili

Depuis le 18 octobre 2019, le Chili connait un soulèvement populaire dans tout le pays. C’est une mesure d’augmentation du prix des tickets de métro qui a catalysé une immense colère dirigée contre un modèle économique, mondialement vanté comme montrant le succès des doctrines ultralibérales, mais qui se traduit par des inégalités continuellement aggravées et des services publics entièrement passés au privé : « no es por treinta pesos, es por treinta anos » (ce n’est pas pour les trente pesos d’augmentation du tarifs des transports, c’est pour les trente années de politiques ultralibérales). Le président Pinera a décrété l’état d’urgence, le couvre-feu, et a demandé à l’armée d’assurer le maintien de l’ordre. Les militaires sont donc dans la rue jusqu’au samedi 26 octobre, jour où couvre-feu et état d’urgence ont été levés, avant qu’une commission de l’ONU ne vienne visiter la capitale et faire un état des lieux.

Le Chili déplore déjà au moins 18 morts dont au moins 4 par balles, et l’Institut chilien des droits de l’Homme a déjà dénoncé de nombreuses violations des droits. La quasi-totalité des stations de métro a été incendiée, dans des circonstances qui ne sont toujours pas éclaircies. Le mouvement va très au-delà de cette vague d’incendies, et du nord au Sud du pays, des manifestations énormes ont rassemblé un très grand nombre de chiliens indifférents à la peur.

Le 21 octobre, à l’Université de Santiago de Chile, au cours de l’assemblée tristamentale (enseignants, administratifs et étudiant.e.s), la communauté universitaire a consacré une partie de la journée à réfléchir à sa place et son rôle dans le mouvement actuel. Des prises de paroles se sont succédées, très fortes.

Elles mettent l’accent sur la manière dont l’université est à la fois un lieu d’élaboration d’analyses pour la société chilienne (avec par exemple la réflexion pour une nouvelle constitution) et un lieu où s’éprouvent directement les inégalités et les fermetures qui ont abouti à l’explosion de colère dans tout le Chili.

Elles ont fait apparaître le large spectre des analyses historiques de l’évolution de la société chilienne et des mémoires vivantes de ceux qui ont fait vivre l’université dans les années 70, des témoignages relatifs aux situations individuelles des précaires de l’université et des étudiants qui craignent pour leur vie ou celle de leurs ami.e.s dans les zones très exposées, des propositions concernant la réappropriation pleine et entière par la communauté dans son ensemble de l’espace universitaire contre l’existence d’une « université de nuit » qui la rattache à un management extérieur opaque et asservi à des logiques productivistes. La création d’un réseau d’urgence a été décidé pour signaler les disparitions et violations des droits de l’homme qui frappent notamment les étudiant.e.s et porter secours à ceux qui sont en danger.

Tou.te.s ont demandé la fin des cours tant que les militaires seront dans la rue. Le retrait de ceux-ci ne signifie d’ailleurs pas automatiquement le retour à la normale de celles-ci. En général, il a été proposé la récupération et l’entretien de l’université comme lieu de travail, de réflexion, par les étudiants enseignants et administratifs, mais aussi les gardiens et autres personnels.
De telles assemblées se tiennent dans toutes les universités,  publiques et privées.

Cette situation et ces réflexions font écho à la situation et la place des universités dans de nombreux pays, et en France. Celles-ci peuvent aider, et peuvent s’inspirer de l’action de la communauté des universités chiliennes. C’est pourquoi nous nous associons à cette communauté universitaire élargie à tous ceux qui travaillent pour elle et comptent sur elle, pour demander avec elle le départ immédiat des militaires armés qui n’ont rien à faire dans l’espace public. Nous soutenons les étudiants, enseignants et administratifs de la communauté dans leur action, nous saluons leur dignité et le travail qu’ils accomplissent. Nous demandons à toutes les instances universitaires et scientifiques de dénoncer officiellement le recours aux militaires pour le maintien de l’ordre, et de soutenir la communauté universitaire chilienne.

Print Friendly, PDF & Email

Discussion

Pas encore de commentaire.

Commenter

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

Archives